REPOUSSER SES LIMITES SOUS LE SOLEIL D’HAWAII

Une entrevue avec Lee Anne Carmel, gagnante du concours en 2015.

C’est après avoir participé au concours « Les sauveteurs » de la Brigade Splash que Lee Anne Carmel a appris, en août 2015, qu’elle avait remporté le grand prix : une semaine de formation avec SN Hawaii pour devenir Sauveteur national - Océanique dans les vagues de l’océan Pacifique, suivie d’une semaine de vacances sur cet archipel d’îles paradisiaques. Entrevue avec une jeune passionnée de sauvetage à la persévérance inébranlable.

Quel effet ça t’a fait de savoir que tu avais remporté le concours et que tu partais vivre une expérience aussi incroyable à Hawaii?

J’ai été extrêmement surprise! J’ai décidé de participer au concours parce que je rêvais d’une formation Sauveteur national – Océanique à Hawaii; je croyais bien avoir une petite chance de gagner en remplissant plusieurs fois le journal de bord, mais j’ai été complètement renversée quand j’ai reçu l’appel qui m’informait que j’étais la gagnante. 

Que retiens-tu de cette expérience?

D’abord, que la persévérance est essentielle pour atteindre ses objectifs d’entraînement. J’ai dû aller au-delà de mes limites à plusieurs reprises! La formation de Sauveteur national – Océanique est très exigeante, autant physiquement que mentalement. Par ailleurs, j’ai appris de nouvelles techniques de sauvetage très avancées, tout en ayant l’occasion de mettre en pratique les connaissances acquises au cours de mes années en tant que Sauveteur national. Finalement, il est impossible de passer sous silence le décor féérique qu’offre Hawaii : la végétation, les volcans et l’océan à perte de vue font de cet endroit un vrai paradis! On ne peut rêver mieux, c’est magique.

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui désire suivre une formation SN – Océanique?

Je pense que c’est la préparation physique qui fait la différence entre la réussite et l’échec. Pour ma part, j’ai mis à profit les 4 mois précédant mon départ pour améliorer considérablement ma condition physique. J’ai dû m’entraîner très fort et durant de longues heures, mais ça en a valu la peine.

Tu ne travailles pas en plage océanique; en quoi l’expérience de la formation que tu as suivie à Hawaii s’est-elle avérée utile?

C’est une expérience qui m’a notamment permis de me sentir plus en confiance comme sauveteur. Parmi l’éventail de nouvelles techniques de sauvetage que j’ai apprises, plusieurs peuvent être utilisées en piscine. Mais ce qui ressort surtout de cette expérience, c’est le dépassement de soi qu’elle a rendu possible, et qui m’a aidée à mieux me connaître. J’ai vécu une première semaine très remplie. C’est le dernier jour que j’ai vraiment eu l’occasion de prendre conscience de l’ampleur du travail que je venais d’accomplir. J’ai alors compris que je venais de vivre une expérience unique qui m’avait transformée pour toujours. Je continue à m’entraîner régulièrement, et j’ai la ferme intention de demeurer en bonne condition physique pour le reste de ma vie. 

Quels sont tes plus beaux souvenirs de la semaine de formation et de la semaine de voyage?

Mon plus beau souvenir de la semaine de formation est sans aucun doute la dernière journée : nous avons fait de la plongée en apnée (avec masque et tuba) sur la plage de Makapuu. Par la suite, nous avons effectué des mises en situation qui regroupaient l’ensemble des connaissances acquises au cours de la semaine; un beau défi! La journée s’est terminée avec la remise des résultats, qui fut un moment émouvant, voire euphorique, après une semaine si exigeante. Il est plus difficile de déterminer quel est mon plus beau souvenir de ma deuxième semaine; il y aurait tellement de choses à nommer parmi toutes les activités effectuées dans ce décor enchanteur! Si je dois absolument choisir, c’est ma visite à Hanauma Bay qui remporte la palme. Hanauma Bay est une réserve naturelle où l’on peut plonger en apnée et admirer divers types de poissons dans une eau d’une clarté et d’une pureté incroyables. En deuxième place, je choisirais l’escalade du volcan Koko Head, au sommet duquel la vue est absolument époustouflante. 

Y a-t-il un autre aspect de ton expérience à Hawaii ou du travail de sauveteur que tu aimerais aborder?

Je dois absolument mentionner la qualité exceptionnelle de l’ensemble de la coordination des activités et de l’organisation en général. Le départ nous a occasionné des sueurs froides puisque notre vol a été annulé en raison d’un ouragan. Sébastien Labranche, organisateur en chef, a toutefois réussi le tour de force de trouver un vol à chacun. Ouf! Une fois sur place, tout était organisé au quart de tour. Les ateliers et les différentes activités étaient bien coordonnés; même les déplacements s’effectuaient facilement. Je lève bien haut mon chapeau à toute l’équipe de SN Hawaii pour leur travail exceptionnel! 

 

NICOLAS GAUTHIER - GAGNANT DE L'ÉDITION 2013

Nicolas Gauthier, le gagnant de l’édition 2013 de la Brigade Splash, a remporté le grand prix : une formation Sauveteur national – Océanique offerte par SN Hawaii.

QUELQUES MOMENTS RACONTÉS PAR NICOLAS :

24 décembre – « Je me présente à l’Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal;le moment du départ est enfin venu. En soirée, je mets le pied sur l’île d’Oahu, plus précisément à Honolulu, la capitale d’Hawaii. »

25 décembre – « Une journée libre! J’en profite pour marcher jusqu’au sommet du Mont Diamond Head, qui offre une superbe vue sur Honolulu. »

26 décembre – « J’apprivoise les vagues, les courants, les marées, comment les affronter et comment elles affectent le travail du sauveteur. Une superbe journée à la plage Waimanalo Beach Park and Sherwood Forest »

27 décembre – « Effectuer un retournement de cas de colonne en mer, c’est complètement différent qu’en la piscine. »

28 décembre – « Ma journée préférée! Faire du sauvetage en motomarine… Simplement génial! »

29 décembre – « Le défi : ne pas se faire « washer » dans les vagues de Makapu’u Beach. »

30 décembre – « Depuis maintenant cinq jours, je débute ma journée par un entraînement sur la plage de Waikiki; par la suite, un excellent petit déjeuner m’attend à l’hôtel. J’y prends goût!»

31 décembre – « C’est la dernière journée de formation. L’évaluation finale est au programme de la journée : je suis maintenant Sauveteur national – Océanique. »

1er janvier 2014 – « Bonne année! »

2 au 8 janvier – « Je me suis bien amusé! J’ai visité le fameux North Shore de l’île d’Oahu connu et reconnu pour être le lieu des plus grandes compétitions de surf au monde; j’ai escaladé le cratère du volcan Koko Head; j’ai fait une excursion en catamaran avec escale de plongée en apnée où j’ai observé de magnifiques poissons colorés et des tortues de mer géantes!»

ÉTIENNE ROBERT - GAGNANT DE L'ÉDITION 2012

En moins de 10 mots, comment résumerais-tu ton expérience? Ceci était la première question adressée à Étienne Robert, gagnant de la formation Sauveteur national – Océanique offert par SN Hawaii dans le cadre du tirage Brigade Splash 2012. Sa réponse : intense, incroyable, qui change une vie! Pour Étienne, cette formation a été vraiment intense et lui a offert une nouvelle vision du sauvetage et de l’océan.

Qu’as-tu apprécié le plus lors de ta formation à Hawaii?

J’ai particulièrement aimé les nouveaux défis que propose le sauvetage en milieu océanique. De manière plus spécifique, j’ai adoré les vagues et les courants qui rendent les sauvetages beaucoup plus intenses.

Qu’as-tu trouvé le plus difficile?

De passer une semaine entière à la plage particulièrement à cause du soleil, du vent, du sel et du sable. Au fil de la semaine, les petites blessures s’accumulent et il devient parfois difficile de garder la motivation en particulier les jours venteux ou il peut faire froid... même à Hawaii.

Selon ton expérience, quelle est la principale différence entre le sauvetage en mer et en piscine? Existe-t-il des similitudes?

Oui il y a une ressemblance, cependant le sauvetage en mer est de par sa nature différent puisque les plages océaniques sont hautement plus dangereuses. En effet, les vagues, les courants, la faune marine ainsi que la distance à parcourir pour les sauvetages font en sorte que le sauvetage océanique est beaucoup plus physique et demande une plus grande connaissance des techniques et de l’environnement. D’autre part, étant donné l’élément de risque plus élevé, les sauvetages sont beaucoup plus stimulants et enrichissants. C’est sur une plage océanique que l’on peut vraiment saisir l’esprit du sauvetage puisque c’est sur ces mêmes plages que le sauvetage est né.

Comment a été la préparation avant ton départ?

Malgré mon inscription tardive, j’ai tout de même pu être prêt pour le cours puisque je me suis entrainé de façon relativement méthodique et sérieuse. Cependant, je n’étais pas tout à fait prêt à affronter les nombreux « irritants » de la plage.

Une fois à Hawaii, as-tu une recommandation pour tous, quelques choses qu’il faille absolument faire?

Surfer bien entendu, mais de manière plus générale profiter des vagues.

Est-ce que tu recommandes l’expérience?

Je recommande l’expérience très fortement à tous les sauveteurs qui sont prêts à mettre les efforts puisque je n’en tire que du positif.